mardi 13 octobre 2015

Manuel de contre propagande offensif

(P.S ce manuel a été fait par une de mes connaissances, Edmond Ritcher. Je le publie ici car je le trouve très bon mais personnellement, je ne suis pas totalement d'accord avec le dernier point (le 8)).

Nous avons trop longtemps dormi et pendant ce temps les arabes soi-disant palestiniens bombardaient le monde occidental de propagandes fausses mais qui peu à peu s'implantaient dans notre inconscient.

Ils disaient à peu près tout et n'importe quoi et jetaient des mots, sans se soucier de leur véracité, des mots comme apartheid, massacre, génocide, Gaza camp de concentration, Gaza prison à ciel ouvert, crimes de guerre etc...

Si je fais un reproche à l'Etat d'Israel et au CRIF c'est de ne pas avoir pris au serieux cette menace et de ne pas avoir déployé les moyens financiers, intellectuels, emotionnels, artistiques et techniques pour contrer cet empoisonnement insidieux...
voici un manuel de contre-propagande offensive!



1) Il n'y a jamais eu de peuple palestinien avant 1967

Il n’y a jamais eu d’état indépendant appelé Palestine!
Il n'y a jamais eu de peuple palestinien
Vérifiez dans vos livres d’histoire !  Vérifiez sur Google la liste des rois, présidents, empereurs, premiers ministres d’un tel pays. Vous ne trouverez même pas un chef de tribu, ni au 20ème siècle, ni mille ans plus tôt.

« Il n’existe aucun pays du nom de Palestine. La ‘Palestine’ est un terme inventé par les sionistes. Il n’y a pas de Palestine dans la Bible. Notre pays a fait partie pendant des siècles de la Syrie. La ‘Palestine’ nous est étrangère. Ce sont les sionistes qui l’ont introduit»- Ouni Bey Abdul-Hadi, leader arabe syrien

« Il n’existe pas de peuple palestinien, il n’existe aucune entité palestinienne, il y a seulement la Syrie. Vous êtes partie intégrante du peuple syrien, la Palestine est une partie intégrante de la Syrie. C’est pourquoi, nous sommes, nous les autorités syriennes, les véritables représentants du peuple palestinien « 
-. Dictateur syrien Hafez el-Assad au chef de l’OLP Yasser Arafat.

« Il n’y a nulle part dans l’histoire, quelque chose comme la Palestine, absolument pas.» – Le professeur Philip Hitti, historien arabe


« Il est de notoriété publique que la Palestine n’est rien d’autre que la Syrie du Sud. »
– Le Représentant de l’Arabie saoudite à l’Organisation des Nations Unies (Cherson et Molschky)
Le représentant du Haut Comité arabe aux Nations Unies déclara en 1947 : « La « Palestine » fait partie de la province de Syrie. Les Arabes vivant en Palestine ne sont pas indépendants dans le sens qu’ils ne constituaient pas une entité distincte. »
Le roi Hussein de Jordanie répéta plus d’une fois : « Il n’y a aucune distinction entre la Jordanie est la « Palestine ». »
Ahmed Shuqeiri (ex-président de l’OLP) déclara : « La « Palestine » ne fut jamais rien d’autre que la Syrie du sud. »
À cette époque, les Arabes (ainsi que tout le monde) n’ont jamais soulevé la question d’un État « palestinien » car les Arabes eux-mêmes n’exigeaient pas d’État pour un peuple qui n’existait PAS !
La « Palestine » n’a jamais constitué un pays et le concept même de « Palestine » n’existait pas dans l’Empire ottoman !
Le mot même de « Palestine » (ou mot équivalent désignant cette région) n’était quasiment pas utilisé chez les Turcs et les Arabes. Il n’y avait ni État ni peuple « palestinien ». Les Arabes vivant en Terre d’Israël se considéraient comme Syriens ou Égyptiens.
Voici la définition de la Palestine dans le Larousse de 1925 :
PALESTINE : contrée de la Syrie, entre la Phénicie au Nord, la mer Morte au Sud, la Mediterranée à l’Ouest, et le désert de Syrie à l’Est, arrosé par le Jourdain. C’est une bande de terre étroite, resserée entre la mer le Liban, et parcourue par le Jourdain, qui s’y jette dans la mer Morte. Elle est appelé aussi, dans l’Ecriture sainte, Terre de Chanaan, Terre promise et Judée. C’est aujourd’hui [en 1925 donc] un Etat juif sous le mandat de l’Angleterre ; 770.000 habitants. Capitale Jérusalem.

Recherchez dans google: „Palestine Larousse 1939“ et vous obtenez cela!!!




Et si cela ne vous suffit pas, voici une video de Fathi Hammad Ministre de l'interieur et de la sécurité nationale du Hamas qui déclare: „La moitié des palestiniens sont des Egyptiens (comme Yasser Arafat) et l'autre moitié sont des Saoudiens“ (il oublie les jordaniens comme Mahmud Abbas)




À ceux qui aiment les lecons de l'histoire:

La propagande de l’OLP a fait passer l’idée d’une nation « palestinienne » occupant de toute éternité un territoire lui appartenant avec Jérusalem, ville arabe, lieu saint de l’Islam, comme capitale.
Or on n’en retrouve nulle mention dans l’histoire réelle, telle qu’elle ressort des travaux des historiens et des écrits des grands témoins.
L’immigration juive avait commencé dès 1880, sous l’administration turque, qui l’avait autorisée et la voyait même d’un bon œil car cela pouvait revigorer une région quasi désertique, peuplé d’environ 400.000 habitants, mais dans lequel la continuité d’une présence juive, notamment à Jérusalem et Sfad, est attestée.
La découverte d’un ouvrage historique capital sur cette question, écrit à la fin du XVII ème siècle, apporte d’ailleurs un éclairage de la plus haute importance.
“Voyage en Palestine“, est le titre d’une œuvre écrite en 1695, par Hadrian Reland (ou Relandi), cartographe, géographe, philologue et professeur de philosophie hollandais. Le sous-titre de l’ouvrage, rédigé en Latin, s’intitule : “Monumentis Veteribus Illustrata”, édité en 1714 aux Editions Brodelet.
L’auteur de cet ouvrage, l’un des premiers orientalistes, connaissait les langues, hébraïque, arabe et grecque (ancien). “Palestina” : un ouvrage historique essentiel
En 1695, Relandi est envoyé en voyage d’études en Israël, en Palestine d’alors, pour un objectif bien spécifique : recenser plus de 2500 lieux (villes et villages) apparaissant dans le texte de la Bible ou de la Michna, dans leur appellation originelle. A chaque fois, Relandi y mentionne le nom hébraïque tel qu’il apparaît dans le texte et le verset exact auquel il se réfère. Relandi y fait également figurer son équivalent en Latin-Romain ou Grec ancien.
Outre ce remarquable travail linguistique, l’auteur opère surtout un recensement de l’époque, pour chaque localité visitée : d’abord une considération d’ordre général spécifiant que la terre d’Israël d’alors est pratiquement déserte, très peu peuplée. La majorité de ses habitants se concentre alors dans les villes de Jérusalem, Acco (Acre), Tsfat (Safed), Yafo (Jaffa), Tveria (Tibériade) et Aza (Gaza). Surtout, le constat établi par le géographe conclut à une présence dominante de Juifs sur cette terre, quelques Chrétiens et très peu de Musulmans, dont la plupart étaient des Bédouins.
Quelques remarques extraites de cette passionnante étude :
Aucune localité d’alors ne propose de nom ou de source arabe
La grande majorité de ses villes ou villages possède un nom hébreu, quelques-uns en Grec ou Latin-Romain
Pratiquement aucune ville possédant aujourd’hui un nom en arabe n’en possédait à l’époque : ni Haïfa, ni Yafo, ni Naplouse (Shehem), Gaza ou Djénine.
Aucune trace dans les recherches de Relandi de sources historiques ou philologiques établies aux noms arabes, plus tardifs, de Ramallah, Al Halil (Hébron) ou Al Qods (Jérusalem)
En 1696, Ramallah s’appelle “Beteïlé” (du nom hébreu “Bet El”), Hévron s’appelle … Hévron
La plupart des villes étaient composées de Juifs, à l’exception de Naplouse (Shehem) qui comptait 120 personnes issues d’une même famille musulmane, les “Natashe”, ainsi que 70 Samaritains
A Nazareth, en Galilée, une ville entièrement Chrétienne : 700 Chrétiens
A Jérusalem, plus de 5000 habitants, dont la plus grande majorité est juive, et quelques Chrétiens. Relandi n’évoque que quelques familles bédouines musulmanes isolées, composées d’ouvriers temporaires saisonniers, dans les domaines de l’agriculture ou de la construction.
A Gaza, près de 550 personnes, 50% de Juifs et 50% de Chrétiens. Les Juifs étaient essentiellement spécialisés dans l’agriculture : la vigne, les olives et le blé (Goush Katif). Les Chrétiens s’occupant davantage de commerce et transport des différents produits de la région
Tibériade et Safed étaient de localités juives. On sait surtout que la pêche du Lac de Tibériade constituait le principal emploi de l’époque.
Une ville comme Oum El Fahem par exemple était complètement chrétienne : 10 familles
- Ibn Khaldun, un des historiens arabes les plus crédibles, a écrit en 1377 : « La souveraineté juive sur cette terre s’est prolongée sur 1 400 ans… C’est les Juifs qui ont implanté la culture et les coutumes en s’y étant installé de manière permanente ». Après 519 ans (non consécutifs) de domination musulmane sur la Terre d’Israël, Ibn Khaldun a certifié que la culture et les traditions juives étaient encore dominantes.
- Edouard Webbe en 1590 : « Il n’y a rien à Jérusalem mis à part des vieux murs ».
- Henry Maundrell en 1697: Nazareth,«un village minuscule et sans importance », Jéricho, « une bourgade minable et sale », Acre, « une désolation“ ».
- L’archéologue britannique Thomas Shaw en 1738 : la Terre Sainte est „VIDE, désolée et manquant de tout, qui manque d’habitants ».
- Le comte François Volney en 1785 : « Nous avons du mal à reconnaître Jérusalem, on y compte environ 12 000 habitants. Le pays est désolé et ruiné. »
- Commentaires par des Chrétiens dans les années 1800 : « Les Arabes ne peuvent pas être considérés comme autre chose que des résidents temporaires. Ils ont placés leurs tentes dans un pays ruiné. Ils n’ont rien créé en Terre Sainte. Puisqu’ils sont des étrangers sur cette terre, ils ne sont jamais devenus ses maîtres. »
- Alphonse de Lamartine en 1832 : Mis à part à Jérusalem, il ne rencontra pas âme qui vive et que la Terre d’Israël était « le tombeau de tout un peuple [les Hébreux] ».
- William Thackeray en 1844 : « La région est abandonnée. Nous n’avons vu aucun animal se déplacer parmi les pierres. »
- Alexandre Keith en 1844 : « La Terre Sainte est arrivée à l’état de désolation total décrit par les prophètes. »
- Le consul britannique en Terre d’Israël, James Pinn en 1857 : « Le pays est presque inhabité, il a grand besoin d’habitants. »
- Le cartographe britannique Arthur Penrhyn Stanley en 1862 : « Ni signes de vie ni habitations en Judée, sur des distances entières. »
- Mark Twain en 1867 : « Pas un seul village dans la Vallée de Jezréel, rien sur 30 miles dans les 2 sens. 2 ou 3 petits groupes de tentes bédouines, mais pas une seule habitation permanente. On peut voyager pendant 10 miles sans rencontrer 10 êtres humains. Déserts sans âme qui vive, collines VIDES, ruine mélancolique de Capharnaüm, stupide village de Tibériade, enterré sous six palmiers. Nous arrivâmes à Tabor sans rencontrer âme qui vive tout au long du chemin. Nazareth est désolée, Jéricho est en ruine, Bethléem et Béthanie, dans leur pauvreté et leur humiliation, ces endroits n’abritent pas une créature vivante. Un pays désolé, dont la terre serait peut-être assez riche si elle n’était abandonnée aux mauvaises herbes. Une étendue silencieuse, triste. À peine y a-t-il un arbre ou un arbuste, çà et là. Même les oliviers et les cactus, ces fidèles amis d’un sol sans valeur, ont quasiment déserté le pays. »

- Le consul américain à Jérusalem en 1880 rapporte que la région continuait son déclin : « La population et la richesse de la « Palestine » n’a pas augmenté pendant les 40 dernières années. »
- B. W. Johnson en 1892 : « Dans la partie de la plaine entre le mont Carmel et Jaffa on voit à peine quelques villages ou autres formes de vie humaine. Caesarea est maintenant entièrement abandonné. La désolation est partout autour de nous. »
- Compte-rendu de la commission royale Britannique de 1913 :
« La région est sous-peuplée et est restée économiquement stagnante jusqu’à l’arrivée des premiers pionniers sionistes dans vers la fin des années 1880, qui sont venus pour reconstruire la terre juive. La route qui va de Gaza vers le nord n’est qu’une piste estivale tout juste bonne pour les chameaux et les charrettes. On ne voit ni bosquet d’orangers, ni verger, ni vigne, jusqu’à ce que l’on arrive en vue du village de Yavné. Les maisons sont des torchis. Il n’existe pas d’écoles. La partie orientale en direction de la mer est quasiment désertique. Les villages, dans cette région, sont rares et chichement peuplés. Beaucoup de villages sont désertés par leurs habitants. »
- Dawood Barakat, éditeur du journal égyptien Al-Ahram en 1914 :
« Les Sionistes sont nécessaires pour le pays : l’argent qu’ils apporteront, leur connaissances, leur intelligence et l’industrialisation qui les caractérise contribueront sans aucun doute à la régénération du pays. »
                                                           --------------------------------
Voilà pour le pays soi-disant verdoyant, soi-disant habité par des palestiniens et soi-disant « envahi » par les Juifs. Fait historique : sous la domination turque, la terre était à l’abandon et dépeuplée.
Une seule ville arabe fut construite en Terre d’Israël : Ramleh. Toutes les autres sont des villes juives rebaptisées par eux.
L’historien suisse Félix Bovet notait en 1858 : « C’est parce que les Arabes ne sont pas des autochtones qu’ils n’y construisent rien. »
Et en prime un article du jornaliste arabe Joseph Farrah : „Les juifs n'ont pris la terre de personne“
et un article d'un ancien du PLO
et enfin un article juteux:

En résumé: Nous sommes en face d'une escroquerie sans nom. Comme disait Goebbels: „Plus le mensonge est gros , plus on y croit“

Reconnaissez-vous que vous vous êtes fait embobiner et manipuler par les medias, la propagande palestinienne et nos hommes politiques? La prochaine fois: Recherchez et verifiez avant de parler!!!

:














2)  Les juifs n'ont jamais chassé les arabes en 1948

L'histoire est simple: En 1947 l' ONU propose un plan de partage entre juifs et arabes
c
Plan de partage de 1947 - Voir aussi carte détaillée (ONU).

Comme il est facile de constater, l'Etat juif pouvait être coupé en trois morceaux par les arabes hostiles. Malgré cela et bien que ce territoire soit beaucoup plus petit que ce qui leur avait été promis (Declaration Balfour 1917, Conference de San Remo 1922...) les juifs acceptent.
Les arabes refusent

Le 15 Mai 1948 l'Etat d'Israel est proclamé et 5 armées arabes (Egypte, Syrie, Jordanie, Liban et Irak) l'envahissent avec le but proclamé de faire le plus grand massacre que l'histoire ait jamais connu:

Azzam Pasha, Secrétaire Général de la Ligue Arabe, annonca leurs intentions en ces termes : ´“ Ce sera une guerre d' extermination et il y aura un immense massacre dont on parlera autant que des massacres de Mongolie et des Croisades. „

Aux arabes qui vivaient en Israel il fût intimé par les armées arabes de partir car „nous allons esterminer tout ce qui vit. Vous pourrez revenir dans une ou deux semaines, quand nous aurons tout nettoyé“

Voyez les vidéos suivantes:

Un palestinien reconnait qu'ils ont recu des ordres de partir en1948 sous peine d' être considéré comme des traitres


Un palestinien reconnait que l'armée jordanienne leur a intimé l'ordre de partir et qu'ils pourraient revenir deux heures plus tard

idem: „vous reviendrez dans 1-2 semaines“

toute une collection de preuves que les leaders arabes sont responsables du départ des arabes d'Israel qui devinrent des réfugiés, dont aucun pays arabe ne voulait. Et cela dure depuis 67 ans!

les israeliens ont proposé aux arabes, en 1948, de livrer leurs armes et de vivre en paix en Israel

Les arabes qui sont restés en Israel y vivent toujours et ont les mêmes droits et les mêmes devoirs que les Israeliens, à l'exeption d'un seul: Ils ne font pas le service militaire.

Ils étudient à l'Université, mangent dans les mêmes restaurants, prennent les mêmes autobus, ont leurs députés (qui ne se privent pas d'insulter et d'attaquer Israel), ils ont même un juge à la cour suprême...Apartheid, mon c...

La force de la propagande anti-israelienne est telle qu'une amie francaise qui était pour la première fois en Israel en avait le souffle coupé de voir les arabes se promener tranquillement dans les rues!



Reconnaissez-vous que vous vous êtes fait embobiner et manipuler par les medias, la propagande palestinienne et nos hommes politiques? La prochaine fois: Recherchez et verifiez avant de parler!!!


3) Jerusalem n'a jamais été la 3ème ville sainte de l'Islam


Jamais, à l’exception de l’éphémère royaume franc de Jérusalem, la ville où Salomon construisit son temple ne fut capitale d’un autre Etat que celui de Juda.
A ce titre, Jérusalem était non seulement la capitale politique, mais aussi la capitale religieuse des Juifs, qui devaient se rendre au Temple au moins une fois par an, à l’époque de la Pâque.
L’Evangile nous montre d’ailleurs Jésus et ses parents accomplissant scrupuleusement le devoir religieux et se conformant à tous les rites de la loi mosaïque.
Le caractère religieux juif de Jérusalem était si prononcé que les empereurs romains interdisaient à leurs procurateurs et à leurs troupes d’entrer dans la ville sainte avec des enseignes et des aigles, figurations honnies par les croyants, et que, sur les bas-reliefs célébrant le triomphe de Titus sur les Juifs, on voit les soldats romains emportant comme trophée le chandelier à sept branches.
Comment ceci peut-il se concilier avec l’affirmation mille fois répétée par la propagande arabe que Jérusalem est la troisième ville sainte de l’Islam ?
C'est tout simplement une imposture!
A l’époque où les premiers califes successeurs de Mohammed durent abandonner Médine et La Mecque comme sièges de leur califat, choisirent-ils Jérusalem, dont ils étaient pourtant les maîtres, comme nouvelle ville sainte ?
Pas du tout.
C’est Damas, capitale de la Syrie, Bagdad, capitale de l’Irak, Le Caire, capitale de l’Egypte, qui abritèrent tour à tour les califes. Cinq villes qui eurent l’honneur de revêtir une signification religieuse, et non Jérusalem.
Lorsque l’Empire ottoman succéda à l’empire arabe, les sultans de Constantinople prirent à leur tour le titre de calife commandeur des croyants. Choisirent-ils Jérusalem ?
Pas plus.
Ils firent de Constantinople leur ville sainte, en 1538.
Jérusalem n’est pas, et n’a jamais été la troisième ville sainte du monde musulman (sauf depuis que les israéliens l’ont libérée en 1967 s’entend).
Jérusalem n’est d’ailleurs jamais citée dans les textes coraniques.
Lorsqu’il a fondé l’Islam, Mohamed n’a guère innové. Il s’est approprié les personnages et les lieux saints du judaïsme et du christianisme. C’est ainsi que Abraham est devenu le premier musulman, et que Jésus et Moise sont devenus des prophètes de l’Islam, alors même que cette religion n’existait pas encore.
Il en fût de même pour Jérusalem, où selon une légende, Mohamed se serait rendu en rêve sur le dos d’Al Buraq, son cheval magique à tête de femme, aux ailes d’aigle et à la queue de paon « à la mosquée la plus lointaine » (qui se traduit par al aqsa en arabe). Bien que Jérusalem était loin d’être « l’endroit le plus éloigné » de là où se trouvait Mohamed, il n’y avait pas de mosquée!

Qu’à cela ne tienne, le calife Omar décida, quelques 80 ans plus tard, de construire une mosquée à Jérusalem, et de lui donner pour nom « Al Aqsa » afin de fabriquer une réalité au rêve de Mohamed.
Et comme par hasard, il fit établir la mosquée… sur les ruines du Temple de Salomon construit, lui au VIe siècle avant JC.
C’est ainsi que l’Islam s’efforce d’acquérir sur la Ville Sainte des Juifs une légitimité supérieure aux autres religions pourtant plus anciennes, voire une exclusivité. Sans surprise.
Est-ce vers Jérusalem que les croyants se tournent pour leurs quintuples prières quotidiennes ?
Non ! C’est vers La Mecque.
Cependant, pour tenter de convaincre les Juifs de Médine de se joindre à lui, Mahomet décréta que sa communauté se tournerait vers Jérusalem, comme le faisaient les juifs, pour prier. Cette tentative échoua, et les juifs de Médine refusèrent de se convertir. Mahomet prononça alors, en 624, l’interdiction de prier en direction de Jérusalem. Pour la « troisième ville sainte » de l’islam, ça fait désordre… alors chut, le secret est bien gardé.

Théologiquement, l'islam n'a aucun lien avec jérusalem, leur lieu saint c est la Mecque. D'ailleurs qd ils prient ils se tournent vers la mecque et non vers jérusalem.
Jérusalem est cité 643 fois dans la bible, et zéro fois dans le Coran.

(Un invité de la télévision démontre à un leader musulman que Jerusalem n'a jamais été une capitale d'un caliphat ou d'un pays arabe)
(Pourquoi les "palestiniens veulent faire retirer cette video)
si le lien ne marche pas, cherchez dans  Youtube: „why Palestinians want this video removed“       ou cherchez dans  Google: „Jerusalem 3rd holy town islam??“
Reconnaissez-vous que vous vous êtes fait embobiner et manipuler par les medias, la propagande palestinienne et nos hommes politiques? La prochaine fois: Recherchez et verifiez avant de parler!!!

4) Colonies ? Vous avez dit colonies ???

Comment réduire à néant le mythe des « colonies israéliennes »

Extraits d'une
Extraits d'une lettre
« Chers Amis,
J’étais récemment en visite chez un couple d’amis allemands en Bavière, et la conversation a porté sur Israël.
L’épouse a dit qu’elle était perturbée par les implantations israéliennes sur les terres palestiniennes. Je n’ai pas souvent l’occasion de parler politique avec des Européens libéraux, aussi j’ai décidé que ce n’était pas le moment de me lancer dans une diatribe indignée qui pourrait indisposer mes amis. Mieux valait respirer profondément, poser quelques questions conciliantes et écouter.
Je commençai : « J’ai deux questions à vous poser. Tout d’abord, comment les Palestiniens ont-ils fait l’acquisition de la terre en Cisjordanie, et ensuite quand cela s’est-il produit ? »
Mes amis se regardèrent et haussèrent les épaules. « L’ONU n’a-t-elle pas décidé que les Palestiniens possèdent cette terre? » demanda le mari.
« Eh bien, non, » expliqué-je. « Cette terre a été occupée et revendiquée par la Jordanie à partir de 1949, après la guerre d’indépendance d’Israël, et tous ceux qui vivaient dans cette région ont été déclarés citoyens jordaniens. Puis, en 1967, trois états arabes ont attaqué Israël, mais Israël les a vaincus et a conquis de nombreux territoires alentour — les anciennes terres juives de Judée et Samarie (ou Cisjordanie) prises à la Jordanie, la péninsule du Sinaï et la bande de Gaza à l’Égypte, et le plateau du Golan à la Syrie ».
La célèbre déclaration des « trois non »
Tandis que mes amis écoutaient patiemment, j’expliquais que les Palestiniens n’avaient jamais contrôlé la Judée ni la Samarie, n’avaient jamais eu d’état et n’en avaient jamais demandé jusqu’à ce que les Arabes aient perdu la guerre en 1967. Cependant, poursuivis-je, lorsque l’ONU proposa son aide pour négocier une paix avec Israël en 1967, huit pays arabes convoquèrent la Ligue arabe à Khartoum et émirent leur célèbre déclaration des « trois non »:
pas de paix avec Israël
pas de reconnaissance d’Israël
pas de négociations avec Israël.
Mes amis me regardaient un peu confus et penauds. « Nous n’avions jamais lu cela, » dit le mari. Notre conversation a ensuite dévié sur un sujet encore plus délicat, l’antisémitisme européen, que je partagerais avec vous une autre fois.
Posez mes deux questions : comment les Palestiniens ont-ils acquis ces territoires, et quand est-ce arrivé ? Vous verrez que la plupart des gens, peu importe à quel point ils sont perturbés par les « colonies », ne savent pas répondre. La réponse, bien sûr, est que les Palestiniens n’ont jamais contrôlé ces territoires, ne les ont jamais acquis, et qu’ils ne leur ont jamais été accordés.
Après 1967, l’ONU a jugé que « des  territoires » non spécifiés seraient accordés aux Arabes comme état une fois que la paix serait négociée entre les parties.
Il n'y a donc pas de territoires occupés mais des territoires dont les frontières doivent être définies par des négociations
A opposer à tous ceux et celles (public, journalistes, politiciens) qui ont la mémoire courte :


(Ne rejetez pas cette video parce qu'elle fut produite par les Israeliens, ecoutez les arguments et réfutez les... si vous pouvez ! C'est un défi que je vous lance !)

Mais il y a pire.....Pour vous! (en anglais)

'Even the Koran Claims Israel Belongs to the Jews
Middle East expert discusses new book with Arutz Sheva that proves Islam's claims to Israel are false - even by their own standards.

By Tova Dvorin
First Publish: 2/10/2014, 9:20 PM

Koran (file)
Flash 90
Middle Eastern affairs professor Nissim Dana spoke to Arutz Sheva Monday about his upcoming book, To Whom Does This Land Belong?: New Insights into the Koran, and revealed that Islam absolutely does not have aclaim to the Land of Israel - even by its own standards. 
The Professor explained that the new book, published by the Bialik Institute and Ariel University, reveals several more insights into the Koran that remain unknown to the average Muslim and even some Muslim religious leaders. 
Dana noted that top Islamic figures, such as Sheikh Yusuf Al Qaradawi, have embarked on a fierce campaign to separate the Jewish people from their rightful homeland and claim that Muslims have a sacred right to the Land of Israel. 
However, Professor Dana noted, Al Qaradawi's efforts defy the Koran itself. Israel is mentioned eight times, according to the Professor, and there is not a single mention that it belongs to Arabs or Muslims. "Whenever there is a reference to the Land of Israel and to whom it belongs, the Koran points to the Jewish people " Professor Dana explained. 
Dana pointed to Koran 7:7, where G-d Himself bequeaths the Land ofIsrael to the Jews, as a nation who thought themselves weak, and blesses them with goodness.
As for the argument that the Land of Israel was originally intended for the Jews, but G-d switched allegiances to Islam, Dana notes that there is no source in the Koran for such a statement. He adds a source in the fifth chapter of the Islamic holy text whereby Mohammed says on his deathbed that returning to the Land of Israel is impossible in and of itself, because G-d placed in Moses's mouth the declaration that the Land of Israelbelongs to the Jewish people. 
Dana noted that his book took over ten years to write and was compiled with the help of Arabic-speaking students who knew the language and its sources well. Most Muslims do not have deep knowledge of the Koran itself, he noted, and thus their beliefs about the Jewish people and the Land of Israel are dependent mostly on their leaders. 

Et ce n'est pas tout!

Selon un Cheikh jordanien, Allah a donne la terre d'Israel aux Juifs, les Palestiniens mentent
Ahmad Adwan
03/02/2014


Selon un Cheikh jordanien, Allah a donne la terre d'Israel aux Juifs, les Palestiniens mentent

[C'est ce qu'écrit sur sa page Facebook un Cheikh jordanien. Il s'agit d'une évidence que les défenseurs de la vérité répètent depuis des décennies, face aux prétentions mensongères des islamistes, en général, et des nationalistes palestiniens, en particulier. Gageons que ce brave sera menacé de mort, voire exécuté, ou tout simplement que ce texte, ou sa page, voire son compte Facebook disparaîtront, d'un manière ou d'une autre. (Menahem Macina).]



Texte arabe sur le journal palestinien Al Kuds



Al Qods et d'autres médias arabes ont publié cet article incroyable ce week-end. Nous savions déjà que les Arabes palestiniens mentent comme ils respirent, mais comment se fait-il que tant de musulmans ne respectent pas la parole d'Allah et leur Coran ?

Le Cheikh Ahmad Adwan, un savant musulman qui vit en Jordanie, a déclaré sur sa page personnelle Facebook qu'il n'existe rien de tel que la « Palestine » dans le Coran, et il cite le Coran lui-même, à l'appui de ses dires :

"Allah a attribué la Terre Sainte aux enfants d'Israël jusqu'à ce que le Jour du Jugement arrive" (Sourate de la Table5, verset 21).

"Nous avons fait les enfants d'Israël héritiers de la terre". (Sourate des Poètes 26, verset 59).

« Je dis à ceux qui déforment le livre de leur Seigneur, le Coran: D'où avez-vous apporté le nom de Palestine ? Vous êtes menteurs, vous maudissez, quand Allah a déjà nommé « La Terre Sainte » et l'a léguée aux enfants d'Israël jusqu'à ce que le Jour du Jugement arrive. Le nom de "Palestine" ne figure absolument pas dans le Coran.

Votre revendication de la Terre d'Israël est un mensonge et constitue une attaque contre le Coran, les Juifs et leurs terres. Par conséquent, vous ne réussirez pas, et Allah vous fera échouer et vous humiliera, car c'est Allah Lui-même qui les protégera (les juifs). »

Et le cheikh a ajouté:

« Les Palestiniens sont des tueurs d'enfants, de personnes âgées et de femmes. Ils attaquent les Juifs et ils utilisent ces [enfants, personnes âgées et femmes] comme des boucliers humains et se cachent derrière eux, sans pitié comme si leurs enfants n'étaient pas leurs propres enfants, afin de dire à l'opinion publique que les Juifs avaient le dessein de les tuer. C'est exactement ce que j'ai vu de mes propres yeux dans les années 70 ("Septembre noir"), quand ils [les Palestiniens] ont attaqué l'armée jordanienne qui les abritait et les protégeait. Au lieu de la remercier [l'armée jordanienne], ils ont misleurs enfants en première ligne face à l'armée jordanienne, afin de faire croire au monde que l'armée tuait leurs enfants.C'est leur habitude et leur coutume, leur méchanceté, ils ont des cœurs de pierre à l'égard de leurs enfants, et mentent à l'opinion publique, afin d'obtenir son soutien. »

Il donne lui-même la raison de son ouverture à l'égard du peuple juif :

« [elle] découle de ma reconnaissance de leur souveraineté sur leurs terres et de ma croyance dans le Coran, qui nous l'a dit – et c'est souligné en de nombreux endroits [...] »

Et Adwan d'ajouter :

« Les Juifs sont des gens pacifiques qui aiment la paix, qui ne sont pas hostiles et ne sont pas des agresseurs ; mais s'ils sont attaqués, ils se défendent, tout en infligeant le moins de dommages possible aux assaillants. C'est un honneur pour eux que Dieu les ait choisis. Je fais état des raisons du choix clair d'Allah dans mes livres et brochures. Quand Allah les a choisis, il ne l'a pas fait par politesse, il a fait ce choix parce que les Juifs le méritaient ».

Texte integral en arabe, en anglais et en francais (voir le lien)

Bon, je vais résumer car je pense que la tête commence à vous tourner....
1. Il n'y a jamais eu d' Etat Palestinien.
2. Jusqu'en 1917 la Palestine (juive! Les arabes refusaient absolument  cette    dénomination) appartenait à l'Empire Ottoman, qui étant allié de l'Allemagne,        perdit la guerre.
3. Les Francais et les Anglais divisent l'Empire Ottoman et les Anglais recoive  un mandat sur la Palestine.
4. Lord Balfour, Ministre des Affaires Etrangères anglais, déclare le 2.11.1917: ”Il y a lieu de reconnaitre les droits historiques du peuple juif en terre d'Israel” et accorde l'actuel Israel + la Judée-Samarie + la Jordanie (!)    (voyez la carte)
5. Le 24 Avril 1920 à San Remo, la Société des Nations (ancêtre de l'ONU) valide juridiquement cette décision et donne à la Grande Bretagne un mandat sur la Palestine pour aider les juifs “ à reconstituer leur foyer national dans ce pays.”  Vous avez bien lu??? À reconstituer!!!
Cette validation n'a jamais été remise en cause et donc la Judée Samarie appartient de par le droit international à Israel. Pas question de colonies, de colons ou de territoires occupés.
6. L'angleterre ayant renié sa parole et donné en 1923 la Transjordanie à  l'Emirat Hachemite, qui devint plus tard la monarchie Hachemite, il ne reste aux juifs que l'actuel Israel + la Judée Samarie (faussement appelé Cis-Jordanie ou West Bank)
Ceci sera entériné par l'ONU après 1945 qui réapprouve le droit des juifs sur   la Palestine (juive! On n'entend pas encore parler de palestiniens arabes!), jusqu'au Jourdain!!!
7. Donc par deux fois les juifs recoivent un aval juridique international sur la Palestine (juive!) du Jourdain jusqu'a la mer: En 1922 par la Société des Nations et en 1945 par l'ONU. Pas question de territoires occupés, de colonies, de constructions illégales! Nous sommes chez nous et dans la plus pure légalité internationale!
8. Les arabes, soulevés par le nazi Amin Al Husseini, partenaire d'Hitler et  collaborateur d'Adolf Eichmann dans la solution finale (extermination des   juifs) refusent d'accepter les décisions de l'ONU et attaquent les juifs
9. Afin de régler ce problème l'ONU propose un plan de partage entre un Etat juif et un Etat arabe
                                    
 (Comparez avec la carte précédente “ Mandate for Palestine”) et osez dire que les Israeliens ne font pas de concessions!)
   Les juifs acceptent, les arabes refusent. Le 15  Mai 1948 , l'Etat d'Israel est proclamé et 5 armées arabes envahissent Israel pour “rejeter les juifs à la mer”.
10. Israel gagne la guerre, contre tous les pronostics (et les voeux secrets?) mais perd la Judée Samarie (que garde la Jordanie) et Gaza (occupée par   l'Egypte)
11. En 1967: Nouvelle guerre voulue par les arabes, nouvelle défaite pour       eux. Israel reconquiert la Judée Samarie et Gaza  (terres qui nous avaient été données par les instances internationales.)
Dans toute cette histoire, pas de Palestiniens, pas de colons, pas de        territoires occupés et pas de constructions israeliennes illégales!!!

Reconnaissez-vous que vous vous êtes fait embobiner et manipuler par les medias, la propagande palestinienne et nos hommes politiques? La prochaine fois: Recherchez et verifiez avant de parler!


5) Crimes de guerre à Gaza???

OUI, il y a eu des crimes de guerre à Gaza...perpetrés par le Hamas
- Empêcher les gazaouites, avertis par Tsahal, de quitter les endroits qui vont être bombardés est un crime de guerre
- Tirs de mortier ou tirs de rocquettes à partir de zones habitées: crimes de guerre
- Rassembler des enfants palestiniens autour d'un mortier qui va tirer: crime de guerre
- Tirs de mortiers ou de rocquettes sur des zones civiles israeliennes: crimes de guerre
- Stocker des armes dans des écoles et tirer sur israel à partir de ces écoles: crimes de guerre
- Stocker des armes dans des Hopitaux, des mosqués, dans une église ou dans des habitations civiles et tirer sur les Israeliens `à partir de là: crimes de guerre
http://www.desinfos.com/spip.php?article42311   Desinfos.com est Israelien mais la video est du Hamas. Regardez-là!
Video de Daily motion sur les crimes de guerre du Hamas
Oui mais la réponse d'Israel fut disproportionnée, dit-on!
Pas si vite! Je vais te répondre! Mais ne devies pas la question et réponds:
- Quand as-tu manifesté contre les crimes de guerre du Hamas?
- Quand as-tu signé des pétititions contre les crimes de guerre du Hamas?
- Quand as-tu écris des lettre de protestation ou des commentaires dans Facebook ou tweeté contre les crimes de guerre du Hamas?                                                     .                                      ---------------------------------
Parlons maintenant des soi-disantes réponses disproportionnées d'Israel: Colonel Richard Kemp vétéran d'Afganistan et d'Irak a étudié les actions de Tsahal durant la guerrede Gaza et affirme que jamais aucune armée au monde dans toute l'histoire de l'humanité n'a pris autant de précautions pour éviter de tuer des civils contrairement à Hamas qui les exposait délibérément.
By any historical standard, Israel’s air attacks were a model of restraint. (weekly standard)
(Si vous voulez vraiment savoir comment l'armée israelienne agit moralement, lisez cet article.)

Et enfin, le comble! Des genéraux d'autres armées et des experts de droit international se plaignent des standards moraux trop élevés de l'armée israelienne  
http://www.dreuz.info/2015/06/11/tsahal-accuse-davoir-trop-protege-les-civils-palestiniens-pendant-son-operation-militaire-a-gaza/#sthash.pJig67Jr.dpbs
Reconnaissez-vous que vous vous êtes fait embobiner et manipuler par les medias, la propagande palestinienne et nos hommes politiques? La prochaine fois: Recherchez et verifiez avant de parler!
                   





6) Gaza, camp de concentration???

ARBEITSLAGER GAZA (CES GOYS QUI DÉFENDENT ISRAEL)
Parlons de la « crise humanitaire » et du « camp de concentration » dans lesquels vivent les Palestiniens depuis si longtemps, en quelques chiffres vérifiables par tous, vite fait :
  • Espérance de vie moyenne : 73 ans,
    au même niveau que le Brésil, la Turquie et la Chine, 5 ans de plus qu’en Russie. Meilleure espérance de vie du monde arabe. (France : 79, pour comparaison)
  • Taux de natalité moyen (enfants qui atteignent l’âge de 2 ans) : 5 enfants par femme,
    meilleur taux du monde arabe. Il était de 8 enfants par femme en 2003
  • Taux de mortalité infantile (enfants qui décèdent avant l’âge de 1 an) : 18 pour 1000,
    taux le plus bas du monde arabe
  • Taux d’alphabétisation : 94%,
    deuxième meilleur taux du monde arabe derrière le Qatar.
  • Taux de jeunes qui terminent l’enseignement secondaire : 85%
  • Nombre d’établissements d’enseignement supérieur à Gaza : 8
  • Taux d’obésité à Gaza : en zone urbaine, 49% des femmes et 30% des hommes sont au dessus du seuil IMC d’obésité.
    16,5% des adolescents sont au-dessus du seuil IMC de surpoids. Dans le classement de l’obésité dans le monde, les femmes palestiniennes sont à la 3ème place (USA: 8ème place) du classement féminin et les hommes palestiniens sont à la 8ème place (USA: 5ème place) du classement masculin. Les françaises et les français n’entrent pas dans le top 30 de ces deux classements.
Résumons : On vit plus longtemps quand on est Palestinien que lorsqu’on est Russe, Égyptien ou Jordanien. Beaucoup d’adultes vivent jusqu’à un âge très avancé. Ils font beaucoup d’enfants qui survivent, qui bouffent trop (et ça s’aggrave avec l’âge), qui vont à l’école et qui acquièrent une éducation, vivent vieux et font eux aussi beaucoup d’enfants. Les géographes parlent même du « miracle démographique de Gaza ».
Clou du spectacle : dans les thèses pour expliquer l’obésité record chez les femmes palestiniennes, la ségrégation des femmes dans les installations sportives est désignée comme l’un des facteurs déterminants! C’est à cause du Hamas qu’elle grossissent !
Allez, vous avez été sages donc on vous présente un petit jeu pédagogique pour passer la soirée ! Rubrique Histoire !
Chacune de ces deux photos ci-dessous ont été prises dans un camp de concentration à une époque et un endroit différent, lors d’une libération. La libération des déportés juifs de Mathausen par l’arrivée de la 3rd US Army en 1945 pour l’une, la libération des étudiants de l’Université de Gaza par la remise de leurs diplômes en juin 2014 pour l’autre.
Question: quelle photo a été prise où ?
Attention, c’est vrai que ce n’est pas simple tant les différences sont infimes.
Mais ne trichez pas ! En analysant bien les détails, on peut trouver !
C’est à vous !



Et voici quelques photos prises à Gaza par des palestiniens ou par Al Jazeera, la chaine de télévision arabe du Quatar
Gaza : une ville qui n’est pas franchement la ville de misère que veulent bien décrire les médias européens en ne filmant que les terrains vagues. A vous de vous faire votre idée























Ci-dessus, Gaza – Image tirée d’un reportage d’Al Jazeera, le 16 juin 2010
Gaza supermarket (Al Jazeera)
(poulets israéliens dans un supermarché de Gaza. )
Les antisémites décrivaient la bande de Gaza comme un endroit de misère, où les Palestiniens n’avaient pas de quoi vivre décemment, ils appelaient cet endroit "la prison à ciel ouvert" ou encore "le camps de concentration à ciel ouvert",et ces gens fustigeaient Israël parce qu’ils prétendaient (souvent soutenus par les médias européens) qu’Israël privait les Palestiniens des biens de première nécessité dont la nourriture et l’électricité.




Mais tout n'est pas rose à Gaza! Voyez ces deux photos: Avant la guerre de Gaza en juillet 2014  et après

OOPS!!! C'est à Oms en Syrie! C'est comme cela que l'on se fait manipuler! Vous avez vu des démonstrations pour Oms, vous? Moi pas! Comme Israel n'était pas en cause, pourquoi marcher dans la rue et hurler???

Ah! Voila une vraie image d'un camp de concentration. Le Problème c'est que ce n'est pas à Gaza mais à Auschwitz
                                                                           

                     Dites, vous n'avez pas un peu honte?









7)  Israel, un Etat d'Apartheid???
Vous dites vraiment n'importe quoi: La preuve (en anglais)
1. Extracts from an article in „The Gardian“ (which isn't a  pro-Israeli newspaper )  22th mai 2015
Some campaigners claim that Israel is a racist, pitiless oppressor of Palestinians, killing them en masse whenever it wants to, that it is an apartheid state.

There are few charges more grave. I should know: during 26 years as a journalist in South Africa I investigated and reported the evil that was apartheid. I sawNelson Mandela secretly when he was underground, then popularly known as the Black Pimpernel, and I was the first non-family member to visit him in prison.
I have now lived in Israel for 17 years, doing what I can to promote dialogue across lines of division. To an extent that I believe is rare, I straddle both societies. I know Israel today – and I knew apartheid up close. And put simply, there is no comparison between Israel and apartheid.

The Arabs of Israel are full citizens. Crucially, they have the vote and Israeli Arab MPs sit in parliament. An Arab judge sits on the country’s highest court; an Arab is chief surgeon at a leading hospital; an Arab commands a brigade of the Israeli army; others head university departments. Arab and Jewish babies are born in the same delivery rooms, attended by the same doctors and nurses, and mothers recover in adjoining beds. Jews and Arabs travel on the same trains, taxis and – yes – buses. Universities, theatres, cinemas, beaches and restaurants are open to all.

How does that compare with the old South Africa? Under apartheid, every detail of life was subject to discrimination by law. Black South Africans did not have the vote. Skin colour determined where you were born and lived, your job, your school, which bus, train, taxi and ambulance you used, which park bench, lavatory and beach, whom you could marry, and in which cemetery you were buried.
Israel is not remotely like that.

Everything is open to change in a tangled society in which lots of people have grievances, including Mizrahi Jews (from the Middle East) or Jews of Ethiopian origin. So anyone who equates Israel and apartheid is not telling the truth.

So why is the apartheid accusation pushed so relentlessly, especially by theBoycott, Divestment and Sanctions (BDS) movement? I believe those campaigners want Israel declared an apartheid state so it becomes a pariah, open to the world’s severest sanctions. Many want not just an end to the occupation but an end to Israel itself.

Tragically, some well-intentioned, well-meaning people in Britain and other countries are falling for the BDS line without realising what they are actually supporting. BDS campaigners and other critics need to be questioned: Why do they single out Israel, above all others, for a torrent of false propaganda? Why is Israel the only country in the world whose very right to existence is challenged in this way?“

Could it be that, in doing it they deviate our attention from their Palestinian apartheid and cleansing? See the next article

2. Les Palestiniens victimes de l'Apartheid arabe
Non seulement les pays arabes méprisent les Palestiniens, ils veulent aussi qu'ils soient le problème d'Israël seul. Depuis 1948, les gouvernements arabes ont refusé de permettre aux Palestiniens de régler de façon permanente dans leur pays et de devenir des citoyens égaux. Or, ces pays arabes sont également en train de les tuer et de les torturer et de les soumettre à un nettoyage ethnique, le tout alors que les dirigeants mondiaux continuent d'enterrer leur tête dans le sable et de pointer un doigt accusateur sur Israël et veulent appuyer sur "crimes de guerre" des charges contre Israël avec la Cour pénale internationale     Par Khaled Abu Toameh

La discrimination arabe et les abus contre les palestiniens depuis 1948

Je n'ai jamais vu une liste d'exemples qui montrent comment les arabes ont   abuse, maltraite et discrimine leurs freres palestiniens. Voici donc ma tentative de le faire. Source Haabir-haisraeli.over-blog
      

Les palestiniens n'ont pas le droit de devenir citoyens des pays arabes, conformement au decret numero 1547 de la ligue arabe datant de 1959, "pour preserver l'entite et l'identite palestinienne". Meme en Jordanie, ils ne peuvent pas devenir citoyens.

Les palestiniens sont confrontes a de dures conditions de voyage dans le monde arabe, ils n'obtiennent pas de passeport et leurs documents de voyage ne sont valables que dans quelques pays seulement.

Les palestiniens ne peuvent ni voter ni se presenter aux elections nationales.

Les enfants des palestiniens ne recoivent pas la nationalite de leur pays hôte, violant ainsi l'article 7 de la convention des droits de l'enfant.

La Jordanie

1967 : la Jordanie refuse d'accorder la nationalite jordanienne aux gazaouis arrives apres la guerre des six jours. A aujourd'hui, environ 165000 palestiniens vivent en Jordanie sans pourvoir obtenir la nationalite jordanienne, ni meme beneficier des services de l'Etat.
1970 : entre 3500 et 5000 palestiniens sont tues et 20000 autres expulses. Leurs camps ont ete detruits lors des evenements de septembre noir.
1988 : la Jordanie annule la citoyennete de millions de palestiniens de Judee-Samarie qu'elle declare "independante". Comme d'habitude, cette action est justifiee comme etant pour leur bien.
2010 : la Jordanie continue d'annuler la citoyennete de milliers de palestiniens.
2012 : la Jordanie vote une loi qui limite le nombre de palestiniens (non refugies) aux parlement a 10%.
2013 : la Jordanie place les refugies palestiniens arrivant de Syrie dans des camps speciaux dont ils ne peuvent pas sortir, separes des autres refugies, et expulse des centaines, voir des milliers d'entre-eux, vers un futur dangereux en Syrie.
2014 : les palestiniens qui ont la nationalite se voient refuser l'egalite des droits dans l'armee, pour l'obtention de bourses, l'entree dans certaines universites publiques, ainsi que dans d'autres domaines.

L'Egypte

1948 : les egyptiens placent tous les refugies palestiniens etant sur leur territoire dans des camps, et les forcent a rentrer en Palestine pour se battre.
1949 : l'Egypte expulse tous les palestiniens du pays pour les placer dans des camps dans la bande de Gaza. Tres peu d'arabes palestiniens sont laisses en Egypte.
1950 : l'Egypte refuse toute presence de l'UNRWA sur son territoire, renvoyant cette organisation a la seule bande de Gaza.
1949-1956 : aucun palestinien vivant en Egypte n'a obtenu le droit d'etudier ou de travailler.
2013 : des centaines de refugies palestiniens venant de Syrie ont ete places en prison quand ils ont tente d'entrer en Egypte.
2013 a nos jours : l'Egypte a ferme le passage de Rafiah la reliant a la bande de Gaza, limitant meme la circulation des patients hospitalises - enfermant ainsi 1,7 million de gazaouis.

Le Liban

1950-1958 : les palestiniens ne peuvent obtenir que des documents de voyage a sens unique, pour quitter le pays.
1962 : les palestiniens sont qualifies d'"etrangers".

73 metiers sont interdits aux palestiniens jusqu'a 2010 ; jusqu'à aujourd'hui il en reste encore 50 interdits : Ils se voient toujours interdits les metiers de physiciens, journalistes, pharmaciens et avocats.

Ils n'ont pas le droit de construire de nouvelles maisons ou leur propre propriete, ou meme de renover leur logement.

La loi martiale est imposee sur les camps de refugies. L'armee en gere les entrees et les sorties.

L'acces aux ecoles est limitee pour les "etrangers" palestiniens.

Les palestiniens n'ont pas le droit de vivre en dehors des camps de refugies, qu'ils n'ont pas le droit de developper. La population des camps de refugies est actuellement de trois fois leur capacite.

Les palestiniens n'ont pas le droit de creer des organisations.
1975-1978 : au moins 5000 palestiniens ont ete tues lors de la guerre civile au Liban.
1985-1988 : des milliers de palestiniens ont ete tues lors de "la guerre des camps".
1995 : une loi interdit aux palestiniens d'entrer dans le pays sans visa ; et les visas ne sont pas delivres. Les expulses des Etats du Golfe n'ont pas le droit de revenir au Liban (loi abrogee en 1999).
2005 : Des lois specifiques interdisent aux etrangers qui n'ont pas "une nationalite reconnue par l'Etat" - les palestiniens - d'etre proprietaires, et ceux qui en avaient une ne peuvent la transmettre a leurs enfants.
2007 : 31000 palestiniens sont sans domicile suite a la destruction par l'armee libanaise du camp de Nahr el Balad.
2013 : environ 50000 refugies palestiniens en provenance de Syrie sont traites differement des autres refugies syriens ; des visas temporaires de courte duree les transforment en criminels.
2013 : le Liban a commence a reconduire des refugies palestiniens de Syrie a sa frontiere.

Le Koweit

1991 : 400000 palestiniens sont harceles et forces de quitter le pays.

La Libye

1994-1995 : 30000 palestiniens sont expulses, perdent leur travail et leurs biens sont confisques.
Les pays arabes refusent d'accueillir les nouveaux refugies. Des centaines d'entre-eux sont bloques en mer ou dans le desert. La Lybie permet a certains de rester mais se reserve le droit de les expulser de nouveau. Finalement, environ 15000 palestiniens sont forces de se rendre dans les pays arabes dont ils sont originaires, les pays du Golfe et en occident.
2011 : les palestiniens sont forces de payer une taxe speciale de 1550 dollars.
2012 : plusieurs palestiniens ont perdu leur maison revendiquee par d'autres, durant la vague de revolution et l'effondrement du systeme judiciaire.

L'Irak

Debut des annees 50 : les travailleurs palestiniens grevistes sont expulses, certains en Arabie saoudite et d'autres en Lybie...
2005 : apres que Saddam Hussein ait perdu son pouvoir, les palestiniens d'Irak font l'objet d'enlevements, de prises d'otage, de tortures et d'assassinats par les groupes armes. Les politiciens les ignorent. Environ 15000 palestiniens sont forces de quitter l'Irak. Des centaines d'entre-eux sont parques dans des camps en plein desert, coinces entre l'Irak et la Syrie, alors qu'aucun pays arabe ne leur donne le droit d'entrer sur leur territoire.



Le Qatar

1994 : refuse d'accorder aux palestiniens des autorisations de travail.


La Syrie

1970 : les palestiniens n'ont pas le droit de vote, ne peuvent pas se presenter aux elections, ne peuvent pas posseder de terres agricoles ou d'avoir plus d'une propriete...
2005-2008 : la Syrie interdit a des centaines d'arabes refugies palestiniens fuyant l'Irak d'entrer sur son territoire.
2012 a nos jours : environ 2000 palestiniens ont ete tues pendant la guerre civile en Syrie. Environ 50 palestiniens du camps de Yarmouk sont morts de faim apres que les forces armees les aient coupes de tout approvisionnement en nourriture et en eau.
                                        ------------------------------------

Si cela ne vous suffit pas, voyez comment les arabes se souhaitent une démocratie comme en Israel


"Law is above all and this is real democracy. Israel is the only real democracy in the Middle East." — Saad Sayad, Arabic CNN.

et


Les parents (palestiniens) de Saleh ont envoyé une lettre de remerciement à Un Cœur pour la Paix. 
« Merci à vous, notre vie brille tous les jours. Nous vous remercions de l’espoir que vous nous avez donné. Nous vous remercions de tout notre cœur pour ce que vous avez fait pour nous et pour tout ce que vous faites pour toutes les autres familles malheureuses comme la nôtre », écrivent-ils.

Reconnaissez-vous que vous vous êtes fait embobiner et manipuler par les medias, la propagande palestinienne et nos hommes politiques? La prochaine fois: Recherchez et verifiez avant de parler!Et avant de répéter comme des perroquets ce que BDS vous a dit...


8)  Conflit israélo-palestinien : la paix est-elle possible ?
Imaginez que votre famille soit en conflit avec une autre famille du voisinage et que des gens bien intentionnés veuillent vous aider à faire la paix, accepteriez-vous de discuter si le voisin vous menacait chaque jour de vous tuer, de tuer votre femme et votre bébé, de faire sauter votre maison et de raser le tout avec un Bulldozer? N'exigeriez-vous pas qu'il renonce d'abord à la violence, à la haine et au meurtre comme préalable à toute discussion?
Je ne sais pas si la paix est possible, si une solution satisfaisante peut-être trouvée mais je sais une chose: Rien ne pourra être fait tant que la parties palestinienne n'aura pas définitivement renoncé à la violence, à la haine et au meurtre. Vouloir négocier dans ces conditions-là est de la folie furieuse et ne peut que conduire à l'echec comme toutes les tentatives des dernières vingt années l'ont démontré.  
Il faut établir une ligne très claire de conduite , des conditions sine qua non de négociations.

  1. Nous ne négocierons qu´avec ceux qui reconnaissent l´Etat
JUIF d´Israel

  1. Si Mahmud Abbas, ou un ministre quelconque ou un
fonctionnaire quelconque ose prononcer une phrase contre l'existence d'Israel les négociations seront immédiatement interrompues et ne reprendront que lorsque le coupable se sra excusé ou aura été renvoyé.                          
(Jibril Rajoub, ministre adjoint du Fatah dixit : »Je vous jure que si nous avions une arme nucléaire, nous l´aurions utilisé contre Israel ce matin-même »)

                  C) Destruction de toutes les cartes et logos où Israel est
                       remplacé par la Palestine
 
                 D) Remaniement et réecriture des manuels scolaires avec
                      éradication complete dr toute incitation à la haine et à la
                      disparition de l’État d'Israel

                 E) Tous les noms de rues, de squares, de places, de monuments,
                      toutes les plaques  commémoratives, portant des noms de
                      terroristes soi-disant martyrs, seront changés  afin de cesser de
                      glorifier les assassins

                  F) Toute glorification et tout hommage aux terroristes soi-disant
                       martyrs seront radicalement eliminées.

                  G) Renvoi immédiat de tout fonctionnaire, médiateur, négociateur
                       qui ne respecte pas les conditions précédentes.
              
                  H) Renoncement officiel et remaniement complet de la charte du
                       Fatah qui prône la destruction de l’État d'israel et qui n'a jamais
                       été abrogée par les instances du Parti

                    I) Arrêt immédiat et total des négociations tant que ces conditions
                              ne sont pas remplies.
Ce n'est qu'à ces conditions là que l'on peut commencer à parler de paix et à commencer à négocier 

18 commentaires:

  1. Sur le soi disant changement récent du programme politique du Hamas à lire: http://un-idiot-attentif.blogspot.be/2017/05/un-hamas-light.html

    RépondreSupprimer
  2. Israël pour les nuls
    Un autre Manuel de Contre Propagande Antisioniste intéressant à lire: http://www.cesgoysquidefendentisrael.com/wp/wp-content/uploads/2017/02/manuel-buffalo-1.pdf

    RépondreSupprimer
  3. Les cartes mensongères de la «perte» de territoire palestinienne: http://www.thetower.org/article/the-mendacious-maps-of-palestinian-loss/
    Quelques cartes bien plus véridiques: https://web.archive.org/web/20210526154322/https://static.europe-israel.org/wp-content/uploads/2014/02/Map-of-Israel.jpg
    Et: https://web.archive.org/web/20210526151340/https://pbs.twimg.com/media/E2RgB_WVkAIltk5?format=jpg&name=small
    Et: https://web.archive.org/web/20210526151405/https://pbs.twimg.com/media/E2R14wKVIAAzSIp?format=jpg&name=small

    RépondreSupprimer
  4. L'accusation de l'apartheid est une accusation parfaitement ridicule dans le sens où les ONG comme HRW qui accusent Israel d'être un état d'apartheid reconnaissent parfaitement que ce n'est pas un apartheid au sens du droit international.
    La Statue de Rome définit le crime d'apartheid comme la domination d'un groupe racial par un autre (plus quelques conditions supplémentaires). Quels sont les groupes raciaux ici? Les Juifs et les Palestiniens ne constituent pas des groupes raciaux. Les Israéliens et les Palestiniens ne le sont pas non plus. HRW reconnaît en fait l'inadéquation entre la définition juridique internationale et la situation en Cisjordanie, mais comme aucune des principales catégories démographiques n'est raciale, ce n'est même pas un cas limite - la définition ne correspond tout simplement pas. On peut insister pour redéfinir `` l'apartheid '', mais si ce n'est pas le cas correspondant à celui du Statut de Rome, alors nous ne sommes plus sur le territoire du droit international, mais de la politique. À ce stade, «l'apartheid» devient un mot politique d'abus plutôt qu'une catégorie juridique avec des frontières bien définies, un peu comme «suprématie juive» et «colonialisme de colons».
    Je devrais noter: vous pourriez penser qu'il y a quelque chose de mesquin à attaquer l'accusation d'apartheid sur cette base. Non. Soit «l'apartheid» est un concept juridique soit un concept historico-politique. Dans le premier cas, l'inadéquation avec la définition juridique est décisive et substantielle. Dans le deuxième cas, il existe de nombreux contre-arguments: différences par rapport au système Sud Africains, différence dans l'histoire (les Palestiniens ne sont pas privés de leurs droits mais sont les plus proches d'être des citoyens d'une entité politique ennemie), etc. Mais on ne peut pas jouer sur les deux tableaux. D'ailleurs même les ONG comme HRW reconnaissent que la situation d'Israel n'est pas comparable à l'Afrique du Sud. Donc ce n'est ni un apartheid au sens juridique ni un apartheid au sens historique (en rapport avec l'Afrique du Sud).
    On ne peut pas utiliser «l'apartheid» comme catégorie juridique et, lorsqu'il est pris en flagrant délit, commencer à parler de manière holistique de la réalité socio-politique. Inversement, on ne peut pas partir de la réalité socio-politique et renoncer à d'importantes différences par rapport à l'Afrique du Sud. Une grande partie du discours sur «l'apartheid» fait appel à cette stratégie d'appât et de changement, utilisant un mélange incohérent de concepts juridiques et sociopolitiques / historiques pour justifier les accusations qui ne fonctionnent pas séparément et ne fonctionnent pas mieux lorsque ces concepts sont collées ensemble.
    D'ailleurs, il y a un autre problème de cohérence: Vous ne pouvez pas défendre l'idée d'un apartheid à l'encontre des palestiniens si vous ne présupposez pas qu'Israel et les territoires palestiniens forment un même ensemble juridique et politique. En effet, si ces deux entités différentes, il est normal que les palestiniens soient traités de manière différentes que les israéliens. Le peuple palestinien n'étant pas israélien, il est normal de les traiter différemment. Tout état a le droit de traiter différemment les non citoyens des citoyens. De plus, ce n'est pas comme si les palestiniens eux mêmes voulaient obtenir la nationalité israélienne et qu'ils voulaient vivre dans l'Etat Israélien. Ce qu'ils veulent c'est un état à eux. Les palestiniens ne considèrent pas la Cisjordanie comme une partie d'Israel. Donc ils ne peuvent pas réclamer de vouloir être traités de manière égale aux israéliens. La plupart des Palestiniens considèrent Israel comme un Etat illégitime qu'il faut combattre.

    RépondreSupprimer
  5. Dire qu'Israel est un Etat d'apartheid c'est s'opposer à la solution à deux Etats (car c'est considéré le territoire israélien et palestinien comme la même entité politique et juridique). Quiconque est en faveur de la solution à deux Etats reconnaît qu'il y a deux peuples et que les territoires palestiniens ne sont pas la même entité qu'Israel. Il est impossible de défendre le point de vue de l'apartheid. De même, s'il y a une situation d'apartheid, il n'y a pas d'occupation militaire. Les deux situations ne sont pas compatibles. Si Israel et les territoires palestiniens forment une seule entité, il ne peut pas avoir une occupation militaire (au sens du droit international) des territoires palestiniens.
    D'un point de vue juridique, tant le droit international tant le droit israélien lui même reconnait la situation en Cisjordanie comme une occupation militaire.
    Les gens qui affirment qu'Israel est un état d'apartheid sont choqués car Israel traite différemment les non citoyens israéliens des citoyens israéliens (chose que tout état fait). (Et il est important de noter que les non citoyens israéliens en question (les palestiniens) ne veulent pas obtenir la nationalité israélienne ni vivre dans un Etat d'Israel mais obtenir un Etat palestinien à eux).
    Un autre problème des rapports qui prétendent qu'Israel est un Etat d'apartheid c'est qu'ils mélangent des dispositions légales de droit israélien avec la situation en Cisjordanie. Il est difficile de justifier le fait qu'il existe un apartheid contre les palestiniens de Cisjordanie en s'appuyant sur le droit interne israélien vu que celui ci ne s'applique pas aux palestiniens de Cisjordanie. (Par exemple en matière civil, les palestiniens vivant en zone C sont jugés selon le code ottoman).
    A noter que systématiquement, les partisans qui prétendent qu'Israel est un Etat d'apartheid font du cherry picking (autrement dit, ils prennent les éléments qui les arrangent pour prouver qu'Israel est un Etat d'apartheid. En mélangeant des choses qui n'ont rien à voir. Typiquement, en parlant de la situation en Cisjordanie puis en parlant de dispositions juridiques internes à Israel qui ne s'appliquent pas en Cisjordanie. En parlant de dispositions juridiques puis de situations factuelles. Par exemple, ils vont parlé de la situation des arabes israéliens mais comme ceux ci ont les mêmes droits légaux que les juifs israéliens, ils parleront de l'existence de discrimination de facto, anti arabe en Israel.
    Bref, c'est assez simple de prouver un apartheid: il suffit de prendre les éléments qui les arrangent, de les retirer de leurs contextes et de mélanger des choses qui n'ont rien à voir.
    Le pire argument reste quand même la loi fondamentale qui fait d'Israel l'Etat du peuple juif. Je rappelle que même avant cette loi fondamentale, depuis le début de la création d'Israel, le pays est considéré comme l'Etat du peuple juif. Tout comme l'Italie est l'Etat du peuple italien. La Pologne est l'état du peuple polonais.
    Systématiquement, ils font un deux poids deux mesures entre ce que fait Israel et ce que fait les autres Etats.
    Quelques articles: https://www.jpost.com/opinion/why-human-rights-watchs-apartheid-accusation-is-incorrect-opinion-667598
    https://www.jpost.com/opinion/israel-is-not-an-apartheid-state-editorial-666516
    Human Rights Watch veut vraiment pousser Israël et l'Autorité palestinienne dans un seul État: https://www.jpost.com/israel-news/behind-new-human-rights-critique-of-israel-is-a-push-for-one-state-analysis-666553

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un parfait exemple de la manipulation du rapport de HRW: quand ils parlent de la loi de retour, le rapport omet simplement le reste de la loi, qui reconnaît également la conversion. . Le rapport se plie en quatre pour donner l'impression qu'Israël définit l'identité juive en termes raciales. Ce n'est pas le cas, et le système de lois qui se rapportent au statut personnel juif prouve en fait le contraire. En effet, les personnes d'ascendance juive qui se convertissent volontairement à une autre religion ne sont * pas * éligibles par la loi du retour.
      Et d'ailleurs, même si leur présentation de la loi de retour était exacte, la loi du retour ne serait ni raciste ni particulièrement israélienne. Des lois similaires sont en vigueur dans de nombreuses démocraties, en particulier celles qui comptent de grandes diasporas, comme le Mexique, l'Irlande, la Finlande, la Grèce, la Pologne, l'Allemagne, l'Italie et le Danemark.
      Ces lois sont expressément autorisées par la Convention internationale de 1965 sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, qui permet aux nations de favoriser certains groupes pour la citoyenneté à condition qu'il n'y ait pas de discrimination visant un groupe en particulier. Les gens avec une ascendance allemande, hongroise, italienne peuvent retrouver leur nationalité. Alors pourquoi Israel ne pourrait pas octroyer la nationalité aux membres du peuple juif ??

      Supprimer
  6. Un parfait exemple de manipulation anti israélienne de la part des organisations des droits de l'homme. Ils dénoncent le fait qu'Israel n'ait pas vacciné les palestiniens de Cisjordanie et de Gaza en oubliant de préciser que la matière de la santé n'est pas du ressort d'Israel mais de l'Autorité palestinienne en raison des accords d'Oslo et que l'Autorité palestinienne n'a pas demandé l'aide israélienne: https://besacenter.org/the-new-blood-libel-of-medical-apartheid/ Et:
    https://www.youtube.com/watch?v=ujG7A-cmS4A
    Israel se fait accusé de pratiquer un apartheid médical tout cela car le pays respecte les accords d'Oslo. Et les palestiniens eu mêmes rejettent la coopération médicale (qui a été suspendue en 2019 par Abbas).
    Israel est diffamé pour avoir respecter les accords d'Oslo (c'est la volonté de l'Autorité palestinienne elle même qui se considère comme souveraine). Le pire c'est que s'ils avaient pris en charge la vaccination de tous les palestiniens, les palestiniens auraient râlés considérant que c'est une violation de leur souveraineté

    RépondreSupprimer
  7. Une chose importante à comprendre le crime d'apartheid implique une réelle oppression raciale. Pas une simple discrimination raciale.
    Une autre chose importante c'est que même s'il y avait réellement un apartheid (ce qui n'est pas le cas) et même si les Palestiniens réclamaient l'égalité des droits (ce qui n'est pas plus le cas: ils veulent leur état), rien dans le droit international n'implique que le groupe dominé peut dicter unilatéralement les modalités du démantèlement de l'apartheid. Tant qu'un État palestinien est viable, les Palestiniens n'auraient aucune base légitime pour exiger la citoyenneté israélienne plutôt qu'un tel État * même s'il y avait l'apartheid *.
    Rien dans le droit international ne dit que le seul moyen légitime de mettre fin à l'apartheid est d'accorder des droits égaux au groupe racial dominé dans le même pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fait qu'Israel occupe militairement la Cisjordanie ne contredit pas le fait que cette occupation militaire est légitime (au regard du droit international et de la morale). Ni que la Cisjordanie est également un territoire contesté. C'est à la fois un territoire occupé et contesté.
      Le pire c'est que les organisations de défense des droits de l'homme savent très bien qu'Israel occupe militairement la Cisjordanie mais ils s'offusquent qu'Israel ne traite pas les palestiniens comme les israéliens. Or, jamais le droit international ne dit qu'un pays occupant un territoire doit traiter la population du territoire occupée de la même manière que sa propre population. La seule chose que dit le droit international c'est que le pays occupant un territoire doit accorder un certain nombre de droits minimaux à la population du territoire occupée. (Droits accordées par Israel aux palestiniens de Cisjordanie).

      Supprimer
    2. Par définition, un état qui pratique une occupation militaire traite différemment les personnes qui vivent sous occupation militaire. Le droit international garantit que les personnes qui vivent sous occupation militaire aient des droits. A aucun moment, le droit international prétend qu'un pays qui pratique une occupation militaire doit garantir les mêmes droits aux personnes sous occupation militaire qu'à ses propres citoyens. A partir du moment où vous acceptez qu'Israel pratique une occupation militaire, vous ne pouvez pas prétendre qu'Israel pratique un apartheid. Les deux notions sont juste incompatibles.
      Et les mots ont un sens. Les pro palestiniens réinventent la notion d'apartheid pour que cela corresponde à Israel. Leur conception de l'apartheid n'est pas un apartheid d'un point de vue juridique ni d'un point de vue historique. (D'ailleurs, à proprement parler, l'apartheid d'Afrique du Sud était un apartheid au sens juridique. Donc la notion historique de l'apartheid relève également du sens juridique de l'apartheid).

      Il existe de nombreuses formes de mensonges. Les plus évidents sont les faits racontés qui sont juste factuellement faux. Mais il y a des mensonges plus pernicieux qui consistent à ne pas mentir sur les faits, juste à les sortir de leur contexte et à les disposer de telle manière que cela déforme la réalité. (Exemple déjà vu un article de journal qui parle d'une adolescente noire tué par un policier américain en oubliant de préciser que l'adolescente était en train de poignarder une autre adolescente. (La caméra montrait clairement que le tir du policier était justifié mais l'article laissait clairement à penser que ce tir était injustifiée)).
      Quiconque raconte une histoire doit également faire attention à la façon dont le public va recevoir l'histoire. Parfois, involontairement, une histoire racontée peut être mal interprétée par le public. Mais il y a des moments où il est évident que le public interprétera l'histoire de cette manière. (Par exemple si vous parlez d'enfants tués il est évident que dans l'esprit des gens il s'agit d'enfants innocents et non de combattants du Hamas de 17 ans. Donc désolé mais pour moi si vous ne le précisez pas, vous pratiquez désinformation). Lorsqu'une personne raconte une histoire de telle manière qu'il est évident que le public interprétera mal l'histoire par rapport à la réalité, cette personne pratique la désinformation. (Il y a bien sûr des cas où il est involontaire mais parfois difficile de ne pas croire que c'est volontaire.
      Lorsque la réalité A est raconté de tel manière à laisser penser que cette réalité est B, vous pratiquez de la désinformation si vous avez fait cela volontairement.
      Le but de prétendre qu'Israel pratique de l'apartheid c'est de créer une équivalence dans l'esprit du public avec le régime sud africain. Désolé mais il est évident que pour la plupart des gens, parler de l'apartheid cela fait penser directement à l'Afrique du Sud. Donc cette comparaison est malhonnête. Car cela consiste à changer la définition d'un mot sans que le public s'en rende compte. Vous prétendez que le mot apartheid signifie A alors que dans l'esprit de la plupart des gens, cela signifie B.


      Si l'Afrique du Sud est le seul Etat qui a pratiqué un apartheid au sens du droit international ce n'est pas pour rien car les conditions à atteindre pour que ce crime soit commis sont extrêmement stricts.
      Une chose importante à comprendre le crime d'apartheid implique une grande oppression raciale qui aille bien au delà de la discrimination raciale. Donc même au niveau de ce critère, ce n'est pas rempli. (En gros, il faudrait qu'israel ne donne aucun droit aux palestiniens pour qu'il ait le degré d'oppression suffisante pour que ce critère soit rempli).

      Supprimer
    3. Un autre problème qu'ont les gens qui prétendent qu'Israel est un état d'apartheid c'est qu'en donnant une nouvelle définition de l'apartheid, pratiquement toujours, cette définition pourrait s'appliquer à d'autres Etats qu'Israel. Par exemple la Chine pour le Tibet ou l'Inde pour le Cachemire. Quel sens il y a de créer une nouvel définition au mot apartheid mais à ne même pas respecter sa propre définition ?? (Vu qu'ils l'appliquent uniquement à Israel). Il faut être un minimum cohérent: si on suivait la logique des gens qui ont crée cette définition, il faudrait l'appliquer à d'autres pays autres qu'Israel. Mais pourtant, ces gens ne l'appliquent uniquement à Israel. C'est là où on voit bien leurs deux poids deux mesures.

      Supprimer
  8. Le conflit israélo palestinien a fait 14000 morts depuis 1987:
    https://www.economist.com/graphic-detail/2021/05/18/the-israel-palestine-conflict-has-claimed-14000-lives-since-1987
    C'est un conflit basse intensité

    RépondreSupprimer
  9. Une étude qui analyse la situation des colonies israéliennes au regard du droit international:
    https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2835908
    Quand on détermine la portée de l'article 49 (6) de la quatrième Convention de Genève en regardant comment cet article a été compris dans les différents contextes où cet article a été appliqué, on voit que ce que fait Israel ne viole pas cet article. Les gens qui prétendent que les colonies violent cet article, jugent la portée de cet article uniquement en se basant sur la situation israélienne sans jamais regarder comment il a été appliqué de manière générale. Ce qui est quand même assez délirant d'essayer de délimiter la portée d'une disposition légale sans regarder comment elle a été appliquée dans l'histoire. Les gens qui prétendent qu'Israel viole le droit international pratiquent un deux poids deux mesures concernant Israel. Ils ne prennent pas compte de comment est appliqué le droit international dans les situations similaires.
    Et à noter que même si cet article avait la portée que prétend les pro palestiniens, ce n'est pas clair qu'Israel violerait le droit international en raison des accords d'Oslo. En effet, Israel applique les accords d'Oslo avant d'appliqué la quatrième Convention de Genève (ce qui est parfaitement légal).
    Les accords d'Oslo déterminent que la question des colonies est une « question de négociation de statut permanent », ainsi que des questions telles que les frontières, les réfugiés, l'eau, la sécurité et Jérusalem. En attendant un tel accord sur le statut permanent, les accords permettent à chaque partie de s'engager dans des activités de planification, de zonage et de construction dans les zones sous son contrôle.
    Oslo 2, annexe III, article 27 https://mfa.gov.il/MFA/ForeignPolicy/Peace/Guide/Pages/THE%20ISRAELI-PALESTINIAN%20INTERIM%20AGREEMENT%20-%20Annex%20III.aspx#app-35

    RépondreSupprimer
  10. Quand je dis qu'il n'y a pas eu de peuple palestinien, je veux dire qu'il n'y avait de peuple s'identifiant comme palestinien. Il n'y avait pas d'identité nationale chez les habitants arabes de Palestine. Je ne prétends nullement qu'il n'y avait pas d'habitants arabes en Palestine. Ni qu'aujourd'hui, il n'existe pas une identité nationale palestinienne.

    Cette identité nationale a été créé en réaction à la création d'Israel. C'est justement le grand problème. Cette identité nationale est basé sur le rejet viscérale d'Israel. Le problème des palestiniens c'est leur refus de toute forme de pragmatisme en raison de l'influence du récit palestinien (qui est une déformation complète de l'histoire). Or, ce récit implique la destruction d'Israel. Ce récit explique que les israéliens sont les représentants du mal absolu et que les palestiniens sont de pauvres victimes. Ils sont persuadés que leur statut de victimes leur donnent des droits inaliénables (qui sont selon eux à la fois moraux, juridiques et historiques). Le problème c'est qu'ils refusent de voir les rapports de force. Ils semblent persuader qu'ils triompheront un jour car ils sont justes. Cette mentalité rend impossible les compromis. Ils sont incapable d'accepter (ou même de comprendre) que jamais les israéliens n'accepteront de leur donner tout ce qu'ils exigent (pour la simple et bonne raison que cela signifierait la fin d'Israel).
    Ils exigent notamment le droit de retour (qui signifierait la fin d'Israel en raison de la démographie).
    Selon eux, ils doivent avoir ce droit car lors de la création d'Israel, les juifs auraient commis un nettoyage ethnique contre les palestiniens qui les auraient obligé à fuir. Ce qui est factuellement faux; la plupart des palestiniens sont partis car les pays arabes leur ont demandés de quitter leurs maisons le temps qu'ils détruisent Israel. C'était sensé être une mesure temporaire le temps que les pays arabes gagnent la guerre sauf qu'ils l'ont perdu. Les pays arabes au lieu d'intégrer les réfugiés ils ont décidé de les utiliser comme arme contre Israel. Ils ont délibérement mis à l'écart dans des camps et les ont empêchés d'acquérir la nationalité des pays arabes dans lesquels ils vivaient (à l'exception de la Jordanie). Ils ont obtenu de l'ONU que les réfugiés palestiniens aient leur propre agence dédié. Ainsi que la définition des réfugiés palestiniens soient élargis descendants des réfugiés. (Ce qui est sans précédent dans l'histoire: la définition classique concerne uniquement les réfugiés et non leurs descendants).
    Mais le plus marrant c'est que même si l'on acceptait le récit palestinien (càd que les israéliens ont pratiqué un nettoyage ethnique général) cela ne donnerait absolument pas de droit de retour aux palestiniens d'un point de vue juridique. https://ir.lawnet.fordham.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1498&context=faculty_scholarship
    En réalité, il y a bien eu quelques cas exceptionnels de nettoyage ethniques commis par les israéliens mais cela a été extrêmement rare. Dans la plupart des cas, les palestiniens sont partis volontairement. D'ailleurs, les palestiniens et leurs partisans sont bien incapable d'expliquer pourquoi il y a aujourd'hui 20% d'arabes israéliens car cela contredit totalement la thèse selon laquelle les israéliens se sont livrés à un nettoyage ethnique massif. S'ils l'avaient fait, il n'y aurait pas d'arabes aujourd'hui en Israel.
    La réalité c'est qu'il y a eu une guerre déclenché par les arabes et que dans ce cadre, la plupart des palestiniens ont fui (volontairement). Et s'il y a bien eu quelques cas de nettoyages ethniques, difficile de s'en étonner vu le contexte de guerre. En réalité, si l'on compare à d'autres conflits, les juifs étaient très modérés en termes d'abus. Et à l'époque, ce n'était même pas illégal de pratiquer un nettoyage ethnique.

    RépondreSupprimer
  11. Si la pratique du nettoyage ethnique est probablement aussi ancienne que la guerre elle-même, le terme « nettoyage ethnique » ne date que des guerres balkaniques des années 1990. Voir https://www.refworld.org/docid/582060704.html . Dans les années 1940, non seulement le transfert de population n'était pas considéré comme illégal au regard du droit international, mais il a en fait été approuvé par les Nations Unies à la conférence de Potsdam. Voir https://en.wikipedia.org/wiki/Potsdam_Agreement . Le premier traité international interdisant les expulsions massives a été promulgué par le Conseil de l'Europe en 1963. Voir https://en.wikipedia.org/wiki/Flight_and_expulsion_of_Germans_(1944-1950)#Status_in_international_law .

    Dans le cadre de la création des États-nations, de nombreux pays ont pratiqué le nettoyage ethnique. La Turquie l'a fait par des minorités chrétiennes génocidaires (Grecs, Arméniens, Syriaques) puis en forçant les Grecs à aller vivre en Grèce. L'Europe a connu un vaste nettoyage ethnique impliquant plusieurs millions de personnes après la Seconde Guerre mondiale.(Même la Cour européenne des droits de l'homme a refusé aux victimes la possibilité de retourner d'où elles venaient). Pourquoi pratiquer un double standard sur Israël ????
    Personne ne considère le Pakistan comme illégitime alors que cet Etat a été spécialement créé pour les musulmans et le pays n'a pas hésité à pratiquer un violent nettoyage ethnique contre les hindous lors de la partition avec l'Inde. (Il y a également eu des violences contre les musulmans en Inde mais les Indiens n'ont pas nettoyé ethniquement tous les musulmans là où il n'existe aujourd'hui plus d'hindous au Pakistan).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est cela qui est magnifique même si on considère le récit palestinien comme vrai (ce qui n'est pas le cas): cela n'implique absolument pas ce que les palestiniens prétendent. A la fois sur le plan juridique mais même également sur le plan moral. En quoi c'est moral de prôner une solution injuste pour résoudre une injustice historique. On le voit bien avec les nombreux pays qui, ces dernières années, ont entamé un processus d'introspection nationale et de prise en compte des injustices historiques. Certains envisagent également des moyens de dédommager les descendants de ceux qui ont été maltraités. Ce processus est le bienvenu. Cependant, la forme d'une telle restitution reflète les réalités actuelles et ne doit pas créer davantage de souffrances et d'effusions de sang. Les injustices historiques doivent être reconnues et expliquées, mais cela ne rend pas tous les réparations proposées justes ou réalistes. Comme nous le rappelle le tragique grec ancien Sophocle : il y a un moment où même la justice devient injuste.

      Les Arabes algériens devraient-ils reconnaître que leur conquête et leur colonisation de (ce qui est aujourd'hui) l'Algérie au VIIe siècle ont dépossédé et marginalisé la population indigène berbère ? Peut-être qu'ils devraient. Mais si des militants berbères exigeaient que cette injustice historique soit réparée par le rapatriement forcé de millions d'Arabes algériens en Arabie, il ne s'ensuivrait pas la justice, mais la guerre civile.

      Les Mexicains peuvent considérer qu'ils ont été victime d'une grave injustice en 1848 : cela ne les empêchera pas de reconnaître la souveraineté américaine sur San Francisco. Et si un jour, les USA décidaient de s'excuser pour ce qui s'est passé en 1848 auprès du Mexique, jamais les USA n'accepteront de céder le territoire pris aux mexicains en 1848.

      Supprimer
    2. Sur le droit de retour: https://fathomjournal.org/peter-beinart-and-palestinian-refugee-return-a-critique/

      Supprimer
  12. Un article intéressant à lire:
    https://www.wjcshul.org/sharing/reclaiming-a-lost-piece-of-israeli-history-dr-israel-jacob-kligler-and-the-eradication-of-malaria-in-british-mandate-palestine/

    RépondreSupprimer